Financement participatif : un mode de financement au potentiel énorme

| 0 Commentaires

En quelques années seulement, le financement participatif a su s’imposer comme un mode de financement éthique et efficace. Qu’il s’agisse du financement à la création d’une start-up, au développement d’une entreprise ou bien à des projets personnels, cette alternative à l’emprunt bancaire séduit.

Avec 628,8 millions d’euros de fonds collectés en 2016, contre seulement 7,9 millions d’euros 5 ans plus tôt, le crowdfunding a le vent en poupe. Pourtant, ce nouveau mode de financement demeure trop peu connu. Pour preuve, il ne représente que 5% des sources principales de financement à la création d’entreprise. Les fonds personnels représentent, eux, 91% et l’emprunt bancaire 27%.

Désinformation ? Méfiance ? Il représente, pourtant, une belle alternative à l’emprunt bancaire et pourrait permettre à beaucoup de s’affirmer au sein de l’économie. Il pourrait même représenter une importante menace pour les acteurs traditionnels du marché financier…

Des consommateurs affirmés

Le marché financier, resté très longtemps traditionnel, ne laissait que peu de place à la concurrence. Cependant, après plusieurs années de crise suite au krach boursier de 2008, il semblerait que les banques aient perdu la confiance que leur accordaient les Français. D’après l’Ipsos, c’est 32% des Français qui déclaraient, en 2016, ne pas faire confiance à leur banque.

A cette méfiance, s’est ajouté l’engouement technologique des nouvelles générations. Ces jeunes entrepreneurs, à la pointe, ont su imposer leur vision du monde en développant des services financiers répondant aux attentes du marché. Ces nouvelles start-ups spécialisées dans le domaine de la finance, ou bien FinTechs, ont su devancer et concurrencer le secteur bancaire longtemps indétrônable. Transparence, équité et prix attractifs sont autant de critères que les FinTechs ont su apporter sur le marché.

Le développement du financement participatif témoigne des nouvelles exigences de consommateurs engagés et souhaitant avoir également leur mot à dire au sein de l’économie.

Comment mener à bien sa campagne

Avoir recours au financement participatif pour financer ses projets requiert une certaine préparation. Une campagne non préparée est une campagne vouée à l’échec. Et préparer sa campagne peut être plus difficile qu’on ne le pense. Aujourd’hui, en France, seulement 24% des start-uppeuses et 13% des start-uppeurs aboutissent à leur campagne de financement participatif. Il manque, pourtant, parfois très peu pour que le succès soit au rendez-vous. Ainsi, il est important de ne pas négliger cette étape.

Pour mener à bien sa campagne, il est tout d’abord primordial de trouver une plateforme de financement sérieuse et adaptée à votre projet afin d’être en contact avec des personnes sensibles à vos projets.

Faire examiner votre projet par des spécialistes (Ecobole) pourrait également vous éviter de présenter un projet incertain.

Le détail et la présentation de votre projet représentent, ensuite, la prochaine étape. Il est, en fait, question de vendre votre projet aux potentiels investisseurs. Un projet non structuré, sans réels buts, ni perspectives d’avenir n’attirera pas.

Enfin, la communication liée à votre projet, jouera également un grand rôle dans le succès de votre campagne.

Perspectives du financement participatif

Bien que le financement participatif soit de plus en plus populaire, l’originalité de son concept reste menacée. Révolutionner un secteur resté si longtemps traditionnel est chose difficile. Gagner la confiance des Français, qui restent méfiants face aux FinTechs, demande du temps. Uniquement 41% d’entre eux ont confiance en les nouvelles technologies liées au secteur bancaire. Cette tendance est, cependant, beaucoup plus positive dans le reste de l’Europe et devrait gagner la France également.

Enfin, les banques représentent, elles aussi, une menace à ne pas négliger. En effet, malgré le retard accusé, ces dernières commencent, elles aussi, à réaliser le potentiel des FinTechs sur le marché. Et les plateformes de financement participatif représentent une belle part de gâteau qu’elles ne comptent pas abandonner. Ainsi, entre rachat et partenariat, il est important que le concept même de ces start-ups innovantes et indépendantes ne se perde pas.

Article rédigé en collaboration avec MONEYBANKER

Laisser un commentaire

Champs Requis *.