Le crowdfunding levier de l’innovation frugale et moteur de l’écologie

| 0 Commentaires

Navi Radjou, si vous ne connaissez pas encore celui qui pousse les humains à redevenir ingénieux il est grand temps de vous éveiller et de vous laisser inspirer.

Ce charmant allumé de l’innovation, Franco-indien, Navi est titulaire d’un diplôme d’études supérieures techniques (DEST) du CNAM et d’un mastère spécialisé dans les systèmes informatiques ouverts de l’Ecole Centrale Paris. Il a fait également des études au Yale School of Management. Oui, c’est simplement une belle case sur un curriculum vitae… il est également consultant en stratégie, spécialiste de l’innovation et du leadership, basé dans la Silicon Valley. Il est aussi Fellow de la Judge Business school, Université de Cambridge, membre du Forum Economique Mondial et de son Global Agenda Council on Design Innovation. Juste pour finir le tableau, il est chroniqueur à la Harvard Business Review. Navi vient de recevoir le prestigieux Thinkers50 Innovation Award.

Navi Radjou est co-auteur du best-seller Jugaad Innovation: Think Frugal, Be Flexible, Generate Breakthrough Growth qualifié par The Economist comme étant « le livre le plus complet jamais paru sur le sujet » de l’innovation frugale 

Jugaad, c’est un mot hindi exprimant la « débrouillardise ou capacité ingénieuse d’improviser une solution efficace dans des conditions difficiles ». En France, on parle plus volontiers d’innovation frugale que de bidouillage ou débrouille, certainement par effet de notre légendaire posture prétentieuse à la française.

jugaad

Le financement participatif révèle les talents, ces ingénieux qui innovent avec peu de moyens

Petit rappel de nos précédents mots sur ce blog :

Le crowdfunding, ce nouveau système de financement de projets, permet aux entreprises, organisations, associations, particuliers de faire émerger des réalisations désirables par le consommateur, même s’ils n’avaient jamais exprimé clairement un tel vœu. Des aventures entrepreneuriales réalisables techniquement et viables économiquement. Pour Ecobole, l’impact environnemental et social du projet est le cœur de cette solution nouvelle. (Cf : l’économie de l’expérience et l’écologie dans le crowdfunding)

Au regard des différentes réalisations financées sur  Ecobole.com , on constate avec une certaine satisfaction  mesurée que l’exigence d’un changement de culture d’entreprise, donnant plus de liberté et de pouvoir à la base est un principe commun aux porteurs de projets. Pour pratiquer l’innovation frugale, il faut avoir conscience que ce sont les hommes qui innovent, pas les machines, ni les processus. C’est ce qui nous rassemble autour du financement participatif. Soutenir les ingénieux, faire pousser les projets bons pour la planète, on ne vous cachera pas que nous aimons ça.

Les enjeux environnementaux, sociaux et économiques synchronisés par les « Crowfunders »

Pour les non-initiés à l’univers du crowdfunding et ses immenses opportunités, vous pourrez très rapidement constater l’attention particulière que portent entrepreneurs de financement, internautes,  participants aux campagnes de levée de fonds, médias, au respect de la nature ainsi qu’à la cohérence sociale et à la viabilité économique de chaque projet mis en ligne. Ces principes prennent toute leur ampleur sur la première plateforme de financement participatif dédiée à l’écologie.

Là où les banques tergiversent, hésitent, se refusent à propulser des entreprises, organisations et associations, le crowdfunding permet l’éclosion des idées, leur concrétisation et permet l’apport économique nécessaire à leur mise en œuvre. Chaque fois qu’une campagne de financement atteint ou même dépasse ses objectifs, on savoure le gout de la victoire partagée mais surtout la responsabilité valorisante d’un développement économique plus soutenable, durable, efficient.

Faire plus, faire mieux avec moins, c’est la réflexion et la gymnastique que de nombreuses personnes pratiquent, le financement par la foule (crowdfunding) est en synergie avec ce mouvement de foule. Pour sublimer cette vague, c’est l’écologie, donc la planète,  qui en profite et tout le monde est alors gagnant.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.