Crowdfunding ou crowdlending, quelles sont les différences ?

| 3 commentaires

Le crowdlending ou lorsque que les prêts se démocratisent

Cela fait plusieurs mois que nous vous informons sur les évolutions du crowdfunding, ses enjeux et la vie des acteurs du secteur. Depuis quelques temps, nous assistons à l’apparition d’un nouveau mode de financement, le crowdlending ou prêt participatif.
Petit tour d’horizon des enjeux liés à l’émergence de ce nouveau modèle économique.

Comme nous l’évoquions dans notre billet du 26 janvier « Crowdfunding et crowdlending, le financement participatif évolue. », le financement participatif s’étoffe avec l’émergence du prêt participatif (ou crowdlending) offrant de nouvelles opportunités aux particuliers souhaitant faire fructifier leurs investissements en soutenant des projets d’entreprise.

Le prêt n’est plus l’apanage des banques

Depuis de nombreuses années, la notion de prêt est réservée aux organismes financiers traditionnels tels que les banques ou les structures dédiées.
L’évolution de la réglementation en termes de financement participatif, votée en octobre dernier et applicable depuis janvier, a changé la donne. Outre les avantages fiscaux, elle a ouvert la possibilité aux plateformes de proposer à leurs contributeurs d’investir sous forme de prêts et non plus uniquement sous forme de dons.
Il est donc désormais possible de contracter un prêt dans le cadre du soutien à un projet et ceci directement sur les plateformes de financement participatif.

Des prêts encadrés

Cette « révolution » en termes de placement a rendu nécessaire la mise en place de règles spécifiques limitant les montants maximum des investissements permettant aux particuliers de contracter des prêts rémunérés directement auprès des entreprises.
Ainsi, le législateur a fixé à 1000€ par projet l’investissement maximal que vous pouvez effectuer sans pour autant poser de limite quant au nombre de projets dans lesquels vous pouvez investir. De même, les prêts sont généralement octroyés pour une durée variant entre 18 mois et 60 mois.
Parallèlement, les projets proposés au financement participatif dans le cadre du crowdlending ne pourront excéder un montant global d’1 million €.

De réelles opportunités pour les contributeurs

Le recours aux prêts participatifs offre de réelles opportunités en termes de rémunération des capitaux investis. Ainsi, bien que les intérêts perçus soient variables en fonction des projets soutenus et du degré de risque, ils sont en moyenne compris entre 3,5% et 10% par an. Ces taux sont à comparer aux rendements actuels des différents produits financiers d’épargne proposés par les banques comme le Livret A (1%/an).
Cependant, il est important d’avoir en tête que ces rendements ne sont pas garantis et qu’ils s’inscrivent dans la valorisation de la prise de risque de l’investisseur.
Soucieuse d’offrir les plus grandes opportunités de réussite aux porteurs de projets durables et solidaires qu’elle soutient, Ecobole vient juste d’obtenir son autorisation pour la mise en place de prêts participatifs via sa plateforme www.ecobole-lend.com.
Nous y reviendrons plus en détail dans notre prochain billet.

3 Commentaires

  1. Ping : Crowdfunding ou crowdlending, quelles sont les différences ? | AlloProd

  2. Ping : Ecobole vous aide dans le financement participatif de vos projets | Écobole

  3. Ping : Ecobole lance ecobole-lend dédié aux porteurs de projets | Écobole

Laisser un commentaire

Champs Requis *.