La mer nous rendra toujours l’attention qu’on lui porte…

| 2 commentaires

Après la succession de tempêtes , aux noms toujours aussi charmants, sur le littoral atlantique Français  depuis Noël jusqu’au début de ce mois de mars, un constat flagrant et épouvantable s’impose: L’ OCÉAN VOMIT DU PLASTIQUES et DES DÉCHETS

mer plastqiue

 

Nous avons effectué de nombreux aller et retour entre la Manche, L’ Atlantique breton et la méditerranée durant cette période, Nous avons évidemment été émerveillés par le spectacle qu’offre la nature lorsqu’elle s’exprime à plein poumon. Nous avons été touchés par la détresse des personnes catastrophées par les inondations, coups de vents et autres caprices de la météo. Mais ce qui nous a profondément écœuré, bien qu’étant au fait des problématiques, c’est la vision de nos littoraux reflet des activités humaines.

Des plages de Marseille, au bord de l’Huveaune, à la Pointe du raz, en passant par St Malo, ce fut toujours la même apocalypse: du plastiques tapissent les plages et rochers, des déchets dont vous n’avez pas idées jonchent toutes les parcelles que la mer a effleurées pendant ses colères. Nos amis d’Aquitaine et du pays Basque ont malheureusement fait le même constat.

On ne voudrait pas endosser le rôle de hurleur de catastrophes mais il est extrêmement urgent d’agir sans attendre, point de temps pour le reste. Vous ne nous croyez pas?

Connaissez-vous la « rubbish soup »? Non? Un continent entier (3,5 million de km²) six fois plus grand que la France entre les côtes de Hawaii et de l’Amérique du Nord? Il n’était pas sur nos planisphères à l’école. Il s’agit d’un immense amas flottant d’agrégats de NOS déchets plastiques qui forme désormais un véritable continent de la désolation. Pire, On compterait des centaines de milliards de microplastiques dans les océans, 250 milliards rien qu’en Méditerranée et Greenpeace estime qu’à l’échelle de la Terre, environ 1 million d’oiseaux et 100 000 mammifères marins meurent chaque année de l’ingestion de plastiques.

plastic-ocean

 

 

 

Changer nos habitudes, nos méthodes, notre consommation

Il y a aujourd’hui un arsenal efficient pour changer le paradigme qui nous a amené à détruire la plus grande et belle ressource de notre planète.

L‘économie circulaire et de le fonctionnalité et l’upcycling comme valorisation des déchets ou revalorisation, un ensemble de procédés par lesquels on transforme un déchet matériel ou un produit apparemment inutile en un nouveau matériau ou produit  d’utilité supérieure, les principes CRADLE TO CRADLE ( littéralement du berceau au berceau) sont tous autant d’opportunités de vivre dans un environnement économique plus stable et équitable tout en préservant la biodiversité, les ressources et même offrant la possibilité de ré-enrichir la biosphère.

Il y a également la somme de toutes ces bonnes initiatives à travers le globe, ces acteurs locaux qui agissent concrètement pour des impacts positifs à l’échelle de la planète. C’est notamment l’arme de dépollution massive de la Surfrider Foundation avec les initiatives océanes qui ont débutées et que nous vous invitons à découvrir  www.initiativesoceanes.org

Nous terminerons sur un peu de poésie…

L’homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;
Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié ni remord,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !

2 Commentaires

  1. Ping : La mer nous rendra toujours l'attention qu'on l...

  2. Ping : La mer nous rendra toujours l'attention qu'on l...

Laisser un commentaire

Champs Requis *.