Les 5 principaux critères pour choisir un bon Intermédiaire en Financement Participatif

| 2 commentaires

COMMENT CHOISIR UN INTERMEDIAIRE EN FINANCEMENT PARTICIPATIF ?

Avis d’expert
Laurent Denis, Avocat *
Pour un particulier prêteur, les principaux critères à pointer pour choisir un « bon » intermédiaire en financement participatif, ou en « crowdfunding », sont au nombre de cinq.

1/ L’affinitaire

Votre décision de crowdfunding, en financement participatif (crowdlending) ou en investissement participatif (crowdequity), doit d’abord correspondre à un coup de cœur. Votre argent prêté s’oriente vers l’économie productive : quelle économie voulez-vous ?
En conseillant plusieurs opérateurs de crowdfunding depuis octobre 2014, il est surprenant de constater à quel point les plates-formes sont différenciées. L’originalité des positionnements présente une grande variété. Ecobole-lend, par exemple, propose de financer des projets à vocation écologique : cette utilité sociale, mal répondue par ailleurs, doit être la toute première motivation du particulier prêteur qui s’adresse à Ecobole-lend.

2/ Les explications

Ensuite, il est essentiel que l’intermédiaire en financement participatif (ou « IFP », dans le jargon) procure au particulier toutes les explications nécessaires. Sans être exhaustif, celles-ci concernent, par exemple, la nature et les risque de l’opération de crédit, le montant du crédit envisageable, mais également le type de projet financé, sa viabilité économique, la manière dont il est sélectionné. Ecobole-lend, par exemple, réalise en amont la sélection des projets. La liste des projets refusés est conservée. Puis, un Comité des crédits, indépendants, composé d’un Expert-Comptable, d’un Analyste financier et d’un Avocat, classe les projets selon quatre profils de risque.

3/ La conformité juridique

L’Intermédiaire en Financement Participatif est tenu à des obligations réglementaires aussi précises que strictes. Son activité doit être conforme à ces obligations : c’est la conformité juridique. Tout Intermédiaire devrait désormais avoir des outils pour mesurer son niveau de conformité. Les mesures d’amélioration de la conformité devraient être permanentes.
Très basiquement, le particulier prêteur doit s’assurer que le Courtier est régulièrement immatriculé au Registre centralisé des intermédiaires en assurance, banque et finance. Ce Registre est tenu par l’ORIAS ; il est consultable en ligne (www.orias.fr).

4/ La gestion du risque

L’analyse et le suivi du risque des projets financés sera une dimension essentielle dans le succès des plates-formes de financement participatif. Le crédit est une opération à risque : celui du défaut, de l’absence de remboursement. La détection des difficultés, l’accompagnement des entreprises, la mise en place d’un bon circuit d’informations entre l’emprunteur et les prêteurs, sont autant de dimensions essentielles.

5/ Le taux d’intérêt

Avec un rendement des emprunts d’Etat au plus bas, ayant touché le record de 0,55 % (taux à 10 ans), début février 2015, c’est toute l’épargne « classique », monétaire (livrets, comptes…) et financière (assurance-vie, fonds, OPCVM…) qui est affectée par des rendements également bas. En créant une nouvelle classe de diversification financière, le financement participatif laisse espérer des taux de rémunération plus élevés. Attention : le risque doit toujours être pris en considération, dans ces comparaisons. C’est le couple « rendement / risque » qui compte, et non le seul rendement.

En conclusion, à ses tous débuts, le financement participatif est prometteur. Il permet de diversifier de manière efficace une stratégie de placements. Il favorise la diversification et la gestion du risque, notamment, en offrant la possibilité de petits montants de prêts. Les particuliers auront tout intérêt à multiplier les petits montants de prêts, pour sécuriser leurs opérations.

* laurent.denis@endroit-avocat.fr : Droit des affaires, start-up et entreprises innovantes, banque, assurance, finance (sur www.endroit-avocat.fr, à venir en avril 2015).

2 Commentaires

  1. Ping : Les 5 principaux critères pour choisir un bon Intermédiaire en Financement Participatif | AlloProd

  2. Merci beaucoup d’avoir expliqué ces processus dont la plupart du monde n’est probablement familier. Quand on pense au cabinet d’avocats, on pense probablement aux avocats de défense ou de divorce seulement. Il y a, par contre, beaucoup de cabinets qui offrent aussi d’autres services comme l’intermédiation. Je vous conseille de toujours faire de recherche des cabinets dans votre région avant de choisir un avocat ou un intermédiaire.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.